vous engager


INVITATION A PARTICIPER A LA GREVE MONDIALE DES FEMMES DU 8 MARS 2000


Chères soeurs, nous vous invitons ainsi que vos familles, amies et collègues à participer à la Grève mondiale des femmes lors de la Journée internationale des femmes, le 8 mars 2000. Comme nous, vous participez peut-être déjà à la marche mondiale organisée par la Fédération des Femmes du Québec, Canada. Nous avons communiqué avec les femmes de la Fédération et celles-ci ont bien accueilli notre proposition de combiner nos activités et de s'appuyer mutuellement.
La grève, dont l'appel a été lancé il y a près d'un an par le National Women's Council of Ireland (le Conseil national des femmes d'Irlande), a été mondialisée par la Campagne pour un salaire au travail ménager et le Réseau international les femmes comptent, coordonné par la Campagne.

LA PLUPART DU TRAVAIL FAIT PAR LES FEMMES N'EST NI REMUNERE, NI RECONNU, NI VALORISE.
La Grève met en lumière l'énorme contribution des femmes à chaque société et à chaque économie. Ce sont les femmes qui font marcher le monde, qui élèvent et prennent soin de toute sa population. Pourtant, la plupart du travail que nous faisons n'est ni rémunéré, ni reconnu, ni valorisé. Cette absence de reconnaissance économique et sociale est une injustice sexiste fondamentale qui dévalorise les femmes et tout ce qu'elles font, notamment en maintenant nos salaires de 25 à 50% inférieurs à ceux des hommes. En fait, bien que quelques femmes aient pu accéder aux salaires élevés réservés aux cadres et aux professionnels, le fossé entre le salaire des femmes et celui des hommes ne cesse de s'élargir.

NOUS REVENDIQUONS UN MILLENAIRE QUI VALORISE LE TRAVAIL ET LA VIE DE TOUTES LES FEMMES.
Les femmes et les filles ont besoin et ont droit à une réduction de notre travail et à une reconnaissance financière de notre énorme contribution.
Moins de travail, plus de temps, plus de ressources.
La grève est le meilleur moyen de rendre visible la contribution, les besoins et les revendications des femmes, parce que QUAND LES FEMMES S'ARRETENT DE TRAVAILLER, TOUT S'ARRETE ! Ce n'est pas la première fois que les femmes font grève. En Islande en 1975, dans 24 pays durant la décennie d'activités de Temps libre pour les femmes (24 octobre 1985-1994), en Suisse en 1991 et au Mexique en 1999, ces actions ont permis de gagner une plus grande reconnaissance pour tout le travail, salarié et non salarié, que font les femmes et un meilleur rapport de forces pour gagner nos revendications : parité des salaires, allocations sociales, garderies, etc.

ON NE FAIT PAS LA GREVE POUR QUE QUELQUES FEMMES PUISSENT GRAVIR LES ECHELONS DE LA HIERARCHIE DU POUVOIR.
Nous en avons assez d'investir nos espoirs dans des femmes qui nous demandent de les appuyer à gravir les échelons de la hiérarchie économique et politique en nous promettant de s'occuper de nos problèmes lorsqu'elles auront atteint une position de pouvoir. En fait, les femmes qui ont gravi l'échelle du pouvoir ont été utilisées contre nous pour dissimuler la tentative des gouvernements de sacrifier nos vies aux exigences du « marché global ». Tout comme les gens accusent partout les gouvernements de ne pas nous défendre contre l'avidité du big business, nous accusons les femmes en place dans les gouvernements de ne pas représenter les femmes. En tant que mouvement, nous apprenons à distinguer les ambitions personnelles de quelques femmes et la voix de la libération pour toutes les femmes et la transformation complète de la société.

NOUS DEVONS CHANGER LES PRIORITES DU MONDE
À l'aube de l'an 2000, de plus en plus de gens prennent conscience qu'une telle transformation est vitale : le monde ne peut plus fonctionner comme ça longtemps. Guerres, famines, maladies, effet de serre et autres catastrophes écologiques, racisme et autres formes d'exploitation : la technologie la
plus avancée n'a pas accru le bonheur et le bien-être pour la grande majorité d'entre nous et a souvent eu des conséquences désastreuses, comme en font foi la contestation du commerce des armes, des aliments génétiquement modifiés et de la libéralisation avancée par l'ALENA et l'Organisation mondiale du commerce.

NOS REVENDICATIONS
Il y a beaucoup de moyens de rendre aux femmes l'argent et les ressources qui nous sont dus. Ajoutez à la liste vos propres revendications.
* L'abolition de la "Dette du Tiers-monde''. Le travail que font les femmes - qui a augmenté de façon massive à cause des programmes d'ajustement structurel imposés par le Fonds Monétaire International - a plus que payé la dette. Comment des "prêts" qui datent de quelques dizaines d'années peuvent-ils être comparés avec 500 ans de pillage et de génocide colonial?
* L'accès à l'eau potable et à une technologie "écologique" qui respecte l'environnement, pour chaque foyer - nous méritons toutes des réfrigérateurs, des cuisinières, des machines à laver, des ordinateurs . . . . ce n'est pas parce que nous sommes pauvres que nous avons moins de besoins.
* Des logements et des transports qui soient accessibles et à des prix raisonnables.
* La protection contre toute violence - au foyer, à l'usine, au bureau, dans les champs, dans la rue . . .
* La parité des salaires pour toutes à l'échelle internationale : un salaire égal pour un travail de même valeur.
* Un salaire pour s'occuper des autres, que ce soit au sein de la famille ou non. Y a-t-il un travail plus important que d'élever des enfants et de s'occuper des autres?
* Des congés de maternité payés, des arrêts de travail pour allaiter les enfants et d'autres allocations qui reconnaissent le travail physique propre aux femmes plutôt que de nous pénaliser parce que nous sommes des femmes.
* Les femmes en Irlande revendiquent que le 8 mars, Journée internationale des femmes, soit un jour de congé férié et payé à partir de l'an 2000.

SOUTIEN ET PUBLICITE
Nous vous invitons à inclure l'information sur la Grève dans vos publications et à créer un lien entre votre site et le site de la Grève http://womenstrike8m.server101.com. Des femmes membres de l'AMARC (Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires) en Europe et Amérique latine diffusent une réclame radio conçue en espagnol que vous pouvez traduire dans votre langue pour votre
réseau.
Certains syndicats ont commencé à répondre à l'appel de la Grève. Les hommes et garçons sont également invités à la soutenir.

POUR VOUS JOINDRE À LA GRÈVE
Visitez notre site Web et envoyez-nous vos commentaires et vos idées sur votre participation et sur la façon dont les femmes peuvent être rémunérées pour tout le travail qu'elles font, que ce soit avec du temps, de l'argent, des terres, des logements, des services de santé, de garde, d'éducation et des technologies...

LES LANGUES DISPONIBLES
Notre tract est, jusqu'à présent, disponible en : allemand, arabe, basque, bengali, catalan, chinois, espagnol, français, gaélique, gujarati, hindi et italien.
Nous pouvons vous fournir de très jolis T-shirts, des badges et des cartes postales (arborant le graphique de la Grève en anglais) pas chers.
Pouvoir aux soeurs pour arrêter le monde et le changer !


Yolanda Benito
Mujeres por un Salario para el Trabajo sin Sueldo (Espagne)
(Femmes pour un salaire pour le travail sans salaire)
Apartado 109, 08080 Barcelona

Margaretta D'Arcy Women Count Network (Irlande)
(Réseau les femmes comptent)
10 St Bridget's Place Lower, Galway

Selma James
International Wages for Housework Campaign (Angleterre)
(Campagne internationale pour un salaire au travail ménager)
Crossroads Women's Centre, 230A Kentish Town Rd, London NW5 2AB

Margaret Prescod
International Black Women for Wages for Housework (États-Unis)
(Internationale des femmes noires pour un salaire au travail ménager)
PO Box 86681, Los Angeles, California 90086-0681

Page web: http://womenstrike8m.server101.com
E-mail: womenstrike8m@server101.com

haut de page